La cause principale de l’échec d’une startup web

  • 2

La cause principale de l’échec d’une startup web

Une étude intitulée The Startup Genome (Marmer & Al., 2011) a cherché à décrypter la formule de la réussite entrepreneuriale en s’intéressant à 3200 startups web. Cette étude confirme l’importance de l’exécution du projet entrepreneurial et s’intéresse aux paramètres qui vont favoriser une exécution de qualité.

Selon cette étude, deux facteurs jouent un rôle essentiel dans une exécution réussit :

  1. La capacité de la startup à suivre correctement des étapes clefs de progression
  2. La capacité de la startup à réaliser un processus d’apprentissage continu

Le cycle de vie d’une startup

L’étude définit 4 étapes clefs par lesquelles une startup doit passer. Ces étapes s’inspirent des étapes proposées par Steve Blank dans son livre Quatre étapes vers l’épiphanie

Les 4 étapes
  1. La découverte : l’équipe est formée et chercher à découvrir si leur solution répond véritablement à un problème significatif et si les gens seraient intéressés. Actions : conduire des interviews de clients potentiels, identifier la proposition de valeur, créer un Minimum Viable Product (MVP)…
  2. La validation : il s’agit de rechercher le Product/Market Fit (PMF), autrement dit de tester si le produit trouve son marché. Action : implémenter des metrics (indicateurs) pertinents, pivoter si nécessaire
  3. L’efficience : la startup optimise son processus d’acquisition client et affine son business modèle. Action : amélioration de l’expérience utilisateur, optimisation de l’entonnoir de conversion (funnel conversion), identification de processus de ventes ou de canaux acquisition des clients répétables et scalables.
  4. Scaling : montée en charge et accélération de la croissance. Action : levée de fonds importante, acquisition massive de clients, embauches supplémentaires…

Selon les auteurs, la majorité des startups (74%) échouent pour une raison : un scaling précoce. Le scaling précoce c’est chercher à forcer la croissance, à ajouter beaucoup de fonctionnalités secondaires ou à créer une plateforme opérationnelle pour des millions de clients avant de s’être assuré que le produit correspondait à un réel besoin. Jim Pitkow, un entrepreneur multi-récidiviste, dit très justement « Scaler précocement c’est grandir en anticipation d’une demande plutôt que de grandir en réaction à la demande ».

L’objectif des 3 premières étapes est d’orienter l’entreprise dans la bonne direction pour ensuite mettre un coup d’accélération. Si vous orientez votre startup face à un mur avant d’accélérer, vous courrez droit à votre perte.

Notion de cohérence

Selon ces auteurs, une entreprise cohérente suit dans l’ordre les 4 étapes clefs et doit présenter une harmonie sur les 5 points suivants : les clients, le produit, l’équipe, le financement et le business model. L’idée est d’avoir ces 5 points à la même étape de développement, l’entreprise est incohérente si un ou plusieurs points sont en avance par rapport aux autres. Si vous investissez beaucoup d’argent sur l’acquisition des clients sans avoir testé votre produit, vous êtes à l’étape 4 (scaling) pour la partie client, alors que pour les autres facteurs vous êtes resté à l’étape 2 de validation produit : il y a donc une incohérence.

A partir d’un échantillon de 3200 startups internet, cette étude montre que scaler précocement ou qu’être incohérent dans la progression de son entreprise est une erreur qui coûte chère :

  • Les startups qui scalent correctement ont une croissance 20 fois supérieur
  • Aucune startup qui scale précocement ne dépasse les 100 000 utilisateurs
  • Les startups incohérentes ont 3,4 fois plus de ligne de code dans la phase de découverte et 2,25 fois plus dans la phase d’efficience. Cela confirme qu’elle passe plus de temps à coder des fonctionnalités secondaires plutôt qu’à tester le cœur du produit, le Minimum Viable Product (MVP), sur des clients potentiels.
  • Les startups incohérentes externalisent 4 à 5 fois plus le développement de leur produit que les startups cohérentes

Bibliographie

Marmer, M., Herrmann, B. L., Dogrultan, E., Berman, R., Eesley, C., & Blank, S. (2011). Startup Genome Report Extra: Premature Scaling. Startup Genome, 10.


2 Comments

RIGAUD ISABELLE

novembre 23, 2016at 5:55

Bonjour,

En formation de psychologue du travail, je recherche dans le cadre de mon mémoire des articles sur les starts up en lien avec bien-être au travail, créativité, innovation ou comment sortir de la souffrance au travail ? (si c’est possible, bien sûr !). Auriez-vous des pistes à me donner ? des articles ? des auteurs ? Merci d’avance.

    Zidoun

    juin 12, 2017at 9:41

    Bonjour,

    Actuellement je travaille sur le même sujet, depuis ce temps, avez vous trouver des articles, auteurs, sur le bien être au travail dans les start-up ? Merci beaucoup,

Laisser un commentaire

Vous appreciez ce sujet et aimerez en savoir plus ?